Focus sur... Le tubage d’un conduit de cheminée

Par L’équipe de rédaction

Comme toutes les opérations liées aux appareils de chauffage à combustion, le tubage d’un conduit de cheminée est soumis à une réglementation stricte. Quelle est sa fonction et son utilité, dans quels cas est-il obligatoire, quelles sont les normes à respecter et comment choisir entre les différents types de tubage ? Toutes les réponses sont ici. 

 

Si vous souhaitez poser un insert dans votre cheminée ou la remplacer par un poêle à bois, Effy Liberté peut vous accompagner ! Nous mettons à votre disposition notre réseau de 2000 artisans partenaires dans toute la France et vous aidons à obtenir vos aides financières, dont la prime énergie

Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

Qu'est-ce que le tubage d’un conduit de cheminée ?

cheminée poêle à bois

Un conduit de cheminée est très souvent maçonné. Pour garantir sa sécurité lors de la combustion, il doit pouvoir résister à de très fortes températures et rester étanche. Lors d’une combustion à foyer fermé, les températures atteintes sont plus élevées que lorsque le foyer est ouvert. Pour maintenir l’intégrité du conduit, on le double alors par l’intérieur d’une gaine, généralement en inox. C’est cette opération que l’on nomme le tubage d’un conduit de cheminée.

 

Les fonctions remplies par le tubage d’un conduit


Un tubage efficace assure l’étanchéité du conduit lors de l’évacuation des fumées. Il remplit de ce fait plusieurs rôles clés pour le bon déroulement de la combustion :

 

  • Un conduit étanche permet un meilleur tirage, et donc un meilleur rendement de votre appareil de chauffage
  • Il évite la corrosion due à l’acidité des fumées 
  • Il limite l’accumulation de bistre, ces suies goudronnées qui peuvent être à l’origine de feux de cheminée 
  • Il facilite l’opération de ramonage (qui reste néanmoins obligatoire chaque année) 
  • Lors de la rénovation d’une cheminée vétuste, il sécurise les conduits anciens qui ne sont pas toujours rectilignes

 

 

Les différents types de tubage

 

Selon le type de chauffage de votre habitation et la nature de vos travaux, plusieurs solutions s’offrent à vous pour tuber le conduit de votre cheminée.

 

  Rigide  Flexible
Caractéristiques

 

  • Matériau : inox
  • Dimension : jusqu’à 1 m (on les assemble au moyen de raccords)
  • Diamètre : de 83 à 200 mm (il est possible d’assembler des tuyaux de différents diamètres grâce à des adaptateurs)
  • Existe en simple ou en double paroi
  • Matériau : inox
  • Dimension : sur-mesure
  • Diamètre : de 80à 250 mm
  • Existe en simple ou en double peau
Usage Le tubage rigide ne peut être utilisé que pour un gainer un conduit droit. C’est également cette solution (généralement en double paroi pour assurer une meilleure isolation) qui sera adoptée en l’absence de conduit existant. Le tubage flexible est souvent privilégié pour sa facilité de mise en place et par son coût moins élevé. Souple, il s’adapte aux conduits dévoyés, ce qui en fait la solution privilégiée pour rénover ou transformer un ancien conduit de cheminée.

 

Les obligations légales concernant cette opération

Les modes de chauffage concernés

 

Le tubage d’un conduit de cheminée est obligatoire sur toutes les constructions neuves depuis 2012. Pour les bâtiments plus anciens, cette obligation s’étend à toutes les installations à foyer fermé :

 

  • Les inserts 
  • Les poêles, quel que soit le combustible utilisé (bois ou pellet, gaz, fioul) ;
  • Les cheminées à foyer fermé

 

Foyer ouvert : dans quel cas est-il recommandé de tuber un conduit ?

 

Même si la réglementation est plus souple pour les foyers ouverts qui atteignent des températures moins élevées, il est conseillé de gainer un conduit existant dans les cas suivants :

 

  • Le diamètre du conduit est trop important : le tubage permettra de le réduire
  • Le conduit est en mauvais état, il présente des fissures
  • Le tirage de votre cheminée est trop faible (ce qui peut être occasionné par l’un des deux points précédents)

Les normes à respecter lors de l’installation

check_prime-LPE

La construction et la rénovation des conduits d’évacuation des fumées sont régies par la norme NF DTU 24.1. Elle précise les composants et matériaux autorisés pour cet usage, le mode opératoire de l’installation et les distances et dimensions à respecter pour assurer la sécurité du dispositif. Voici quelques points importants à retenir :

 

  • Le conduit de cheminée doit être ramoné, voire débistré avant toute installation d’un tubage 
  • Il est interdit de tuber partiellement un conduit : il doit être couvert sur toute sa longueur
  • Il est nécessaire d’assurer la ventilation du conduit maçonné sur sa partie haute comme sur sa partie basse
  • Tous les accessoires utilisés pour l’installation doivent être compatibles avec l’installation 
  • Suite à l’installation du tubage, un test d’étanchéité est obligatoire. Ce contrôle devra impérativement être réalisé tous les 3 ans.

Combien ça coûte ?

Même s’il reste possible d’envisager de tuber soi-même le conduit d’une cheminée, avoir recours aux services d’un professionnel certifié Reconnu Garant de l'Environnement s’avère préférable, au vu de la complexité des normes à respecter. Vous devrez donc payer les frais d'intervention de l'artisan.

 

part 350

Par ailleurs, le tarif des matériaux dépend de la section du conduit et du type de tubage utilisé. En plus des matériaux, il faudra très souvent envisager des travaux de maçonnerie préalables pour aménager ou réutiliser un conduit de cheminée. Il faut prévoir un budget entre 300 et 1500 € pour la pose d’un tubage, selon les caractéristiques de votre installation.

femme et enfant
Le saviez-vous ?

 

Vous pouvez financer l’installation d’un insert de cheminée grâce à une prime énergie.

femme et enfant
Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction