Les Travaux

Toutes vos questions sur l’isolation thermique

FAQ isolation thermique

Qu’est-ce que l’isolation thermique ? Quelle est son importance ? Comment savoir si elle est efficace ? Quand la rénover ou la refaire ? Vous avez des questions sur l’isolation thermique, nous y répondons.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’isolation thermique de votre logement avec une Prime Energie.

Demandez votre prime Energie

Qu’est-ce que l’isolation thermique ?

L’isolation thermique désigne l’ensemble des techniques employées pour limiter les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur d’une habitation ou entre deux pièces à températures différentes. Elle vise à éviter les ponts thermiques, des failles responsables d’importantes pertes d’énergie.

En quoi l’isolation thermique est-elle essentielle ?

L’isolation thermique est essentielle pour plusieurs raisons, les plus importantes sont :

  1. Elle est indispensable pour votre confort: l’isolation thermique, en réduisant les ponts thermiques, limite les déperditions de chaleur. Elle protège du froid et de l’humidité et permet de garder l’intérieur de votre habitat chaud en hiver et frais en été.
  2. L’isolation thermique assainit l’atmosphère de la maison en prévenant les moisissures.
  3. Elle aide à réduire le taux d’émission de dioxyde de carbone dans l’environnement : l’isolation thermique va réduire les besoins en chauffage du logement et donc le volume de combustible à brûler pour atteindre un même niveau de confort thermique.
  4. Elle permet aussi et surtout de réduire considérablement votre consommation d’énergie et vos factures de chauffage.
  5. Une bonne isolation thermique contribue, pour toutes ces raisons, à l’augmentation de la valeur de votre patrimoine immobilier. C’est d’ailleurs un critère qui pèse de plus en plus lourd dans le choix des potentiels acheteurs.

Comment savoir si ma maison est bien isolée ?

Certains signes montrent que l’état de l’isolation thermique de votre logement laisse à désirer et qu’il est plus ou moins urgent d’y remédier. Les critères qui doivent vous alerter sont principalement :

  • Des écarts de températures entre des endroits différents du logement
  • Certaines pièces sont plus difficiles à chauffer que d’autres
  • La présence de courants d’air qui s’infiltrent par les portes et fenêtres
  • Des traces visibles de moisissures et/ou d’humidité sur une ou plusieurs parois intérieures de l’habitat
  • La température extérieure, été comme hiver, se ressent dans la maison
  • Les murs extérieurs et les cloisons intérieures sont froids l’hiver

Dois-je procéder à une rénovation totale ou isoler certaines pièces en priorité ?

Procéder à l’isolation thermique d’un habitat est un projet qui doit tenir compte de l’ensemble de la maison. Cependant, il est tout à fait possible de ne pas réaliser tous les travaux en une seule fois. De plus, il se peut que les pièces à rénover nécessitent des techniques différentes (isolation par l’intérieur, isolation par l’extérieur, etc.). Pour évaluer l’état de votre isolation actuelle il est vivement conseillé de faire procéder à un diagnostic thermique qui mettra en évidence les points à corriger. Une bonne isolation thermique permettra de respecter les normes en vigueur, d’améliorer le confort de votre habitat et d’alléger votre facture de chauffage.

Quels sont les principaux endroits de la maison concernés par l’isolation thermique ?

Si vous souhaitez bien isoler  votre logement, il vous faudra prêter une attention particulière aux postes ci-dessous :

  • La toiture et les combles: Il est prouvé que 30 % des déperditions de chaleur se font par les combles. La toiture et les combles sont donc des éléments de la maison qui vous permettront de réaliser d’importantes économies de chauffage si vous procédez à leur isolation thermique.
  • Les murs extérieurs: ils sont une source importante (plus de de 25 %) de perte énergétique. Par ailleurs, des murs mal isolés laissent non seulement s’infiltrer la fraîcheur extérieure mais aussi la chaleur en été. Des murs bien isolés aident ainsi à préserver des températures ambiantes agréables en toutes saisons. Pour éviter de perdre de la place à l’intérieur, vous pouvez procéder à une isolation thermique par l’extérieur, tout aussi efficace que l’isolation intérieure.
  • Les murs et cloisons intérieures, qui séparent chaque pièce, peuvent aussi être isolés et permettre de limiter les pertes de chaleur interne et offrir ainsi une meilleure isolation phonique, ce qui préservera l’intimité de chacun. Certains matériaux cumulent à la fois des propriétés d’isolation thermique et phonique.
  • Les portes et fenêtres peuvent laisser passer l’air. Il est très facile de s’en rendre compte en s’approchant des ouvrants. Des portes et fenêtres mal isolées causent également des pertes de chaleur, jusqu’à 15%.
  • Les plafonds et les planchers sont aussi responsables de près de 10 % des déperditions de chaleur dans la maison. Avant d’envisager des travaux, il faudra néanmoins tenir compte de la nature du plancher.
  • Enfin, il ne faut pas oublier l’isolation des tuyauteries qui offre l’avantage de prévenir et de limiter toute perte de chaleur accumulée dans la maison.

L’isolation thermique du toit et des combles : en quoi cela consiste-t-il ?

Il existe trois manières d’isoler une toiture :

  • L’isolation d’une toiture sur des combles habitables: elle se fait au moyen de panneaux ou rouleaux d’isolants (laine de roche, laine de coton ou chanvre) ou isolant synthétique qui sont installés sous la toiture. Le revêtement (tuiles ou autres) est ensuite posé par-dessus. Dans le cas d’utilisation d’isolant synthétique, la pose d’un pare-vapeur est indispensable pour limiter la transmission de vapeur d’eau.
  • L’isolation d’une toiture sur des combles perdus: la solution la plus simple est de poser de l’isolant (laine de roche, fibres de bois, liège ou plumes de canard) sur le plancher ou sous le plancher, entre les solives au moyen de panneaux, de rouleaux ou d’isolant en vrac. On peut aussi procéder par projection de mousse polyuréthane sur le sol. Cet isolant supprime les ponts thermiques et isole efficacement les combles perdus, surtout si ces derniers sont difficilement accessibles.
  • L’isolation d’une toiture terrasse: dans ce cas précis, l’isolation se fait impérativement par l’extérieur et nécessite une attention toute particulière pour l’étanchéité. On utilise des panneaux d’isolant (verre cellulaire, panneaux de liège) ou mousse polyuréthane.
    Pour isoler une toiture terrasse on distingue deux types d’isolation :
  1. L’isolation conventionnelle (toiture chaude): la technique la plus pratiquée (et conseillée) qui consiste à placer une couche d’isolant entre la membrane d’étanchéité et le pare-vapeur, lui-même posé sur le support.
  2. L’isolation inversée (toiture froide): une autre technique (moins recommandée) qui utilise notamment du polystyrène extrudé placé sur la membrane d’étanchéité.

L’isolation thermique des murs : comment ça marche ?

Les murs sont la seconde source de déperdition de chaleur après les combles, avec 25% des déperditions caloriques. Dans le cadre d’une construction neuve, vous aurez l’avantage de choisir des matériaux de construction suffisamment isolants. En rénovation, vous devrez opter pour un isolant complémentaire de type laine de roche, liège, polystyrène expansé, panneaux isolants sous vide. Les murs s’isolent par l’intérieur ou par l’extérieur. Une isolation par l’extérieur offre l’avantage de ne pas empiéter sur la surface habitable.

L’isolation thermique des sols : comment ça marche ?

Isoler un plancher bas apporte un confort supplémentaire en évitant les remontées humides. S’il s’agit d’un plancher sur terre-plein, l’isolant est placé sous le parquet sur toute la surface. S’il s’agit d’un plancher sur vide sanitaire, les panneaux isolants sont fixés sur le plafond de ce local. Les isolants utilisés sont de type fibres de lin, polyuréthane, fibres de coco ou ouate de cellulose.

Quel type d’isolant utiliser ?

Il n’existe pas un type d’isolant par nature meilleur qu’un autre car chacun possède ses propres caractéristiques, son type de conditionnement (panneaux, rouleaux, vrac) et son usage propre (aptitude à l’emploi). Il existe donc plusieurs familles d’isolants :

  • Les isolants en laine animale
  • Les isolants en laine végétale
  • Les isolants en laine minérale
  • Les isolants en polystyrène

En clair, vous ne choisirez pas le même isolant pour isoler des combles habitables, des combles perdus, des murs ou des sols. Vérifiez avant l’achat l’aptitude à l’emploi de votre isolant et sa compatibilité avec ce que vous recherchez. Souhaitez-vous par exemple un isolant thermique simplement performant ou désirez-vous lui associer une efficacité phonique et/ou écologique ?

Vous devrez également vous assurer du coefficient de résistance thermique de votre isolant

N’achetez que des produits certifiés, reconnaissables par l’apposition d’un label sur les emballages. Votre isolant devra, pour attester de sa qualité, être marqué CE (obligatoire depuis mars 2003) et attester d’une certification ACERMI donnée par l’Association pour la Certification des Matériaux Isolants qui complète le marquage CE et atteste que les caractéristiques affichées sur le produits sont bien réelles.

Le label ACERMI atteste de la véracité du classement dénommé classement ISOLE. Plus la note est élevée, plus l’isolant sera performant. Ce classement se définit comme suit :

  • I = Incompressibilité (résistance à une compression) du matériau notée de 1 à 5
  • S = Stabilité dimensionnelle notée de 1 à 4, c’est-à-dire la résistance aux déformations induites par l’humidité, la chaleur, les diverses pressions
  • O = Sensibilité à l’eau du matériau notée de 1 à 3, c’est à dire sa capacité à absorber l’humidité et son imperméabilité
  • L = Limite des performances dans le cas de traction notée de 1 à 3
  • E = Capacité à filtrer la vapeur d’eau notée de 1 à 4

Qu’est-ce que la résistance thermique d’un matériau isolant ?

La résistance thermique (R) appelée aussi performance thermique mesure la capacité d’un matériau à résister au passage de la chaleur en fonction d’une épaisseur donnée. Cette indication donnée sur les emballages des isolants est le moyen le plus efficace pour comparer l’efficacité des différents matériaux. Plus le coefficient R est élevé, meilleure sera l’isolation. Le coefficient de résistance thermique R se calcule ainsi : R = t (épaisseur en mètres) X λ (conductivité thermique (W/m.K))

Qu’est-ce que la conductivité thermique d’un matériau isolant ?

λ (lambda) ou conductivité thermique exprimée en Watts par mètre d’épaisseur mesure la capacité d’un matériau à transmettre la chaleur. En résumé, les matériaux denses font preuve d’une conductivité thermique plus élevée et seront donc moins efficaces en terme d’isolant que les matériaux légers à la conductivité thermique plus faible.
Plus la conductivité thermique est faible, plus l’isolant sera performant.

Quel est l’intérêt de poser un pare-vapeur ? Est-ce toujours nécessaire ?

Le pare vapeur est un film qui va permettre d’assurer l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau d’une construction. Il a pour rôle d’optimiser la performance de l’isolant. La pose d’un pare-vapeur est obligatoire pour l’isolation thermique des combles et sur des structures à ossature bois.

Ai-je besoin d’un permis de construire pour procéder à une isolation thermique ?

Dans le cadre d’une rénovation, un permis de construire n’est pas nécessaire tant que vous ne créez pas de nouvelle surface au sol. En revanche lors d’une isolation thermique par l’extérieur vous devrez déclarer vos travaux à la mairie de votre domicile (par une simple déclaration de travaux), dans la mesure où l’isolation thermique :

  • Créera 5 à 20 m2 d’emprise au sol supplémentaire avec un seuil porté à 40 m2 si votre maison est située en zone urbaine ou dans une commune régie par un PLU (plan local d’urbanisme)
  • Transformera ou modifiera l’apparence externe de votre maison

Combien coûte en moyenne une isolation thermique ?

L’isolation thermique nécessite un investissement assez conséquent mais à terme, la rentabilité sera au rendez-vous. Voici, quelques indications de prix en fonction du type de travaux :

De quelles aides financières puis-je bénéficier en 2017 pour l’isolation thermique de ma maison ?

En 2017, la liste des aides pour l’isolation thermique est relativement bien fournie.

  • Si votre maison (résidence principale ou secondaire) est achevée depuis plus de deux ans vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt CITE (Crédit d’Impôt Transition Energétique) égal à 30 % de crédit d’impôt dans une certaine limite de frais engagés. En savoir plus sur le crédit d’impôt transition énergétique.
  • Le taux de TVA est réduit à 5,5 % au lieu de 20 % sous réserve que les travaux d’isolation soient effectués par un artisan certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et que la maison ait plus de 2 ans. En savoir plus sur la TVA réduite.
  • L’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) peut vous octroyer un bouquet d’aides, comprenant les subventions de l’ANAH qui peuvent représenter jusqu’à 50% du coût des travaux, et la prime « Habiter mieux » fixée à 10% du coût des travaux mais plafonnée à 2000 € voire 1600 € en fonction des revenus.
  • L’Eco Prêt à Taux Zéro en savoir plus sur l’éco prêt à taux zéro
  • Les mairies, conseils régionaux ou généraux peuvent proposer des aides locales.
  • La prime Energie financée par les distributeurs d’énergie via le dispositif des Certificats d’Economie d’Energie peut subventionner jusqu’à 50 % des travaux en fonction de l’implantation géographique de l’habitat et de vos revenus. En savoir plus sur la prime énergie.

Attention ! Toutes les aides ne sont pas cumulables. La prime énergie n’est par exemple pas compatible avec les subventions de l’Anah mais peut cependant être associée au crédit d’impôt CITE ou à toutes les aides qui ne reposent pas sur le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’isolation thermique de votre logement avec une Prime Energie.

Demandez votre prime Energie