Les Travaux

Murs, sols, parois vitrées, combles, toiture, tous les points à considérer dans l’isolation thermique de votre logement

Isolation thermique

L’isolation thermique d’un logement permettra à la fois de réduire les besoins en chauffage et d’améliorer le confort thermique de ses habitants. Elle peut porter sur plusieurs partie de l’enveloppe du logement, les murs (par l’intérieur ou par l’extérieur), le plancher bas (par-dessus ou par-dessous), les combles (aménagés ou perdus), les parois vitrées (fenêtres, baie vitrée, portes et portes-fenêtres). Le prix de l’isolation thermique est souvent assez élevé. Cependant ses nombreux avantages (réduction de la facture énergétique, amélioration du confort, etc.) et les nombreuses aides auxquelles elle est éligible en font un excellent investissement.

Pourquoi et comment bien isoler une maison

Bien isoler une maison est essentiel pour réduire réellement sa consommation énergétique. Il ne sert à rien de remplacer votre ancien chauffage par un système plus performant si la chaleur s’échappe par les murs ou le toit. Si vous souhaitez faire des économies importantes et améliorer la performance énergétique de votre habitation, la première chose à faire est d’améliorer son isolation thermique.

Les avantages d’une bonne isolation thermique sont nombreux :

  • le logement va bénéficier d’un meilleur confort toute l’année
  • il sera mieux isolé sur le plan acoustique
  • l’air ambiant sera plus sain car une maison bien isolée élimine les infiltrations et l’humidité, sources de moisissures
  • il sera également plus agréable à vivre en été car une bonne isolation évite de recourir à la climatisation

Si vous souhaitez voir rapidement vos factures baisser, l’isolation est le premier chantier à mettre en œuvre.

Les travaux d’isolation sont rapidement amortis (5 ans en moyenne), si l’on tient compte des nombreuses aides financières possibles crédit d’impôt, subvention de l’Anah, TVA à taux réduit, aides locales et bien sûr Prime Energie. Si vous envisagez de vendre prochainement votre habitation, ne faites pas l’impasse sur les travaux d’isolation. Les logements énergivores ont de plus en plus de mal à trouver preneur. Si vous ne savez pas par où commencer ou si vous souhaitez faire évaluer le niveau de performance de votre habitation, vous pouvez faire procéder à un bilan thermique ou DPE volontaire par un professionnel. Le rapport qui vous sera remis identifiera clairement les points à améliorer et les travaux à entreprendre en priorité. Le DPE volontaire est éligible au crédit d’impôt.

Isoler les murs

Les murs peuvent représenter de 16 à 26 % des déperditions de chaleur. Plusieurs possibilités existent pour bien les isoler : par l’intérieur, par l’extérieur, par isolation répartie.
Une isolation par l’intérieur consiste le plus souvent à poser un isolant thermique sur une ossature métallique. Cette technique peut également être adaptée à une maison à ossature bois. Il existe une grande variété de matériaux : synthétiques (polystyrène), minéraux (laine de verre ou de roche), végétaux (chanvre, coton, textile, bois) ou animaux (laine de mouton).
L’isolation thermique par l’extérieur s’effectue grâce à la pose d’un bardage qui enveloppe l’habitation d’un manteau isolant sans réduire la surface habitable. Ce procédé est plus coûteux mais donne d’excellents résultats sur l’habitat ancien. Le bardage ventilé est plus durable et plus performant.
L’isolation répartie ne s’applique qu’aux murs porteurs des constructions neuves. Il s’agit d’employer des matériaux offrant d’excellentes propriétés isolantes : briques alvéolées, béton cellulaire, pierre ponce, bottes de paille. Les bénéfices sont multiples : réduction des ponts thermiques, absence d’humidité et de condensation, meilleure inertie thermique.

Isoler le toit

La toiture est la principale source de déperdition de chaleur. Les pertes peuvent être de 30 % ou même plus. Cela signifie que 30 % de l’énergie consommée s’envole par la toiture et votre argent avec. En été, la chaleur rentre et stagne à l’intérieur de la maison.
L’isolation des combles perdus s’effectue en posant un isolant en plaques, en rouleaux ou en vrac (laine à souffler). Pour isoler des combles aménagés, il faut tenir compte de la structure de la charpente et du climat local. On pourra opter pour une pose monocouche ou une pose bicouche. Les isolants les plus utilisés sont les laines minérales, les isolants synthétiques ou naturels. En complément, une couche d’isolant mince multi réflecteurs pourra être posée.
L’isolation d’un toit terrasse s’effectue par l’extérieur. La couche d’isolant est placée entre la membrane d’étanchéité et le pare-vapeur. Le revêtement de surface peut être constitué de végétaux ou d’un dallage.

Isoler le sol

Pour une isolation parfaite de la maison, il ne faut pas négliger l’isolation du sol, qui peut représenter jusqu’à 10 % des déperditions. Cette option est particulièrement intéressante dans les maisons qui donnent une impression de froid toute l’année. Une bonne isolation du sol permet d’augmenter la température du plancher de près de 10°, ce qui améliore le confort et réduit les besoins en chauffage. Les procédés d’isolation des planchers diffèrent en fonction du sous-sol existant : cave, vide sanitaire, terre-plein. Si le sous-sol est accessible, on peut l’isoler au moyen d’une ou deux couches de panneaux isolants. S’il n’est pas accessible, on pourra placer l’isolant sous la couche de finition actuelle et la recouvrir d’une nouvelle chape de béton.

Isoler les parois vitrées

Les parois vitrées peuvent représenter 15 % des déperditions. La chaleur s’échappe par les surfaces vitrées mais aussi par les menuiseries. Remplacer des fenêtres anciennes par des fenêtres double vitrage permet de réduire les déperditions de 80 % par rapport à un simple vitrage, voire plus. Le triple vitrage peut être intéressant dans les régions froides ou sur les maisons mal orientées. Si vos menuiseries sont en bon état et que vous souhaitez conserver vos fenêtres actuelles, le survitrage peut vous aider à limiter les déperditions. Plusieurs techniques existent : pose d’un film, survitrage fixe, ouvrant ou démontable, kit de survitrage à poser soi-même. Il faudra également calfeutrer les menuiseries au moyen de mousse de polyuréthane, de filasse végétale ou de joints adhésifs en mousse.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’installation de votre système de chauffage écologique avec une Prime Energie.

Demandez votre prime Energie

Avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients Commentaires
Fenêtre double vitrage >Réduction de la consommation énergétique de 10 à 15 %

>Plus de phénomène de condensation ou de sensation de vitre froide

>Amélioration du confort acoustique

>Eligible aux aides écologiques

>Comme il faut en général en installer plusieurs, le coût peut être élevé (entre 6 000 et 8 000 € pour 8 fenêtres)

>Efficacité réduite si le reste de la maison n’est pas isolé (toit, murs et sol)

Des fenêtres performantes pour les régions au climat doux ou modéré, permettant de profiter des apports solaires.
Fenêtre triple vitrage >Réduction de la consommation énergétique de 15 à 30 %

>Plus de phénomène de condensation ou de sensation de vitre froide

>Amélioration du confort acoustique

>Eligible aux aides écologiques

>Peut nécessiter des travaux de renfort de maçonnerie en raison de son poids élevé

>Plus cher que le double vitrage (de 50 % en moyenne), le triple vitrage n’est vraiment utile que dans les régions très froides

>Elle laisse passer moins de lumière

 

Le meilleur choix dans les régions froides pour les façades exposées au Nord, pour protéger du froid tout en gardant les apports solaires sur les autres façades.
Fenêtre de toit >Apporte lumière et aération aux combles

>Permet de réduire la facture de chauffage car la lumière du soleil apporte de la chaleur

>La lumière naturelle fournit un meilleur éclairage qu’une ampoule

>S’adapte à tous les toits (plats et pentus)

>Installation simple

>Prix abordables (de 150 à 800 €)

>Eligible aux aides écologiques

>Nécessite un permis de construire

>Il fait plus chaud sous les combles, donc un simple vitrage ne suffit pas

Des fenêtres adaptées pour protéger les combles aménagés du froid en hiver autant que de la chaleur en été.
Isolation des combles perdus >Permet de réduire d’un tiers les déperditions de chaleur : importantes économies de chauffage

>Meilleure régulation thermique de l’habitat tout au long de l’année

>Il existe différentes techniques de pose de l’isolant, certaines sont très rapides

>Grâce au Pacte Energie Solidarité, elle ne coûte que 1 € pour les foyers aux revenus modestes

>Eligible aux aides écologiques

Les premiers travaux à réaliser pour réduire la facture d’énergie dès lors que les combles ne sont pas aménagés.
Isolation des combles aménageables >Gain de m² habitables dans le logement

>Economies de chauffage

>Meilleure régulation thermique de l’habitat tout au long de l’année

>Amélioration de l’isolation acoustique

>Eligible aux aides écologiques

>Réalisation plus longue et plus coûteuse que pour des combles perdus Indispensable lors de l’aménagement de combles, qu’elle soit réalisée sous rampant ou par l’extérieur.
Isolation du sol >Réduit la déperdition thermique d’un logement de 10 %

>Améliore le confort thermique

>Peut être l’occasion d’installer un plancher chauffant

>Eligible aux aides écologiques

>Coût élevé en rénovation en raison des travaux induits

>Immobilisation de la pièce durant la durée des travaux

Plutôt adaptée aux constructions neuves ainsi qu’aux logements disposant d’une cave ou d’un vide sanitaire pour isoler par le plafond du sous-sol.
Isolation des murs par l’intérieur >Economies d’énergie importantes

>Moins chère que l’isolation par l’extérieur (entre 40 et 100 € le m²)

>Elimine la sensation de murs froids

>Meilleure isolation acoustique

>Travaux simples et rapides

·         Eligible aux aides écologiques

·         Pas besoin de déclaration de travaux ou de permis de construire

·         Réduit légèrement la surface habitable

·         Il faut quitter le domicile durant les travaux

·         Moins efficace que l’isolation par l’extérieur (car ne supprime pas tous les ponts thermiques)

·         Prises électriques et interrupteurs devront être refaits ou déplacés

La solution choisie pour les murs des logements situés dans une zone classée ou pour les petits budgets.
Isolation des murs par l’extérieur ·         Economies d’énergie importantes (25 % des déperditions de chaleurs se font par les murs)

>Elimine les ponts thermiques, procure une isolation optimale

>Améliore l’isolation acoustique

>Les travaux ne sont pas contraignants : pas de meubles à déplacer ou de logement provisoire à trouver

>Ne réduit pas la surface habitable

>Permet de faire un ravalement de façade

>Eligible aux aides écologiques

>Prix plus élevé qu’une isolation par l’intérieur (entre 70 à 120 € le m²)

>Une demande préalable de travaux est nécessaire

L’isolation la plus efficace pour les murs pour les logements sans contrainte architecturale ou nécessitant un ravalement de façade.
Isolation thermique >Réduction de la consommation d’énergie

>Economies de chauffage et de climatisation

>Amélioration du confort thermique et acoustique

>Eligible aux aides écologiques

>Une bonne performance énergétique apporte une plus-value au logement en cas de revente

>Peut être coûteuse selon les techniques et les matériaux choisis Une étape indispensable pour tous les logements construits avant 1975, ceux n’ayant jamais été isolés ainsi que ceux dont l’isolation est ancienne ou détériorée par l’humidité, les rongeurs, les termites, etc…