Les Travaux

L’isolation des combles, un projet de rénovation énergétique rentable

isolation des combles

Des combles non ou mal isolés sont responsables d’importantes déperditions thermiques (environ 30% du total des pertes d’un domicile selon l’ADEME). Il est donc important de bien isoler les combles. C’est d’ailleurs la première opération de rénovation à laquelle il faut penser.  Diverses techniques existent pour bien isoler les combles. Ces techniques varient selon le type de combles (combles perdus ou combles aménagés).

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’isolation de vos combles avec une Prime Energie.

Demandez votre prime Energie

Panneaux, rouleaux ou soufflage : quelle technique d’isolation des combles choisir ?

Quand les combles sont faciles d’accès et qu’ils possèdent un plancher en bois ou en béton pourvu de solives, il est préférable de procéder à une isolation par panneaux ou par rouleaux. Il est recommandé de poser un pare-vapeur sur le plancher pour éviter que de la vapeur d’eau ne pénètre dans l’isolant par condensation. Ensuite, on installe une couche de panneaux isolants (de l’épaisseur des solives) puis une seconde couche (perpendiculaire à la première) et des joints. L’intérêt de poser deux couches est de minimiser les ponts thermiques. Il est nécessaire de veiller à conserver une bonne ventilation en laissant les entrées d’air libres.

Avec des rouleaux isolants, on procède de la même manière : pose du pare-vapeur puis déroulement de l’isolant avec une éventuelle seconde couche.

Pour des combles difficiles d’accès, la méthode préconisée est le soufflage. Grâce à un équipement pneumatique et un tuyau, elle consiste à souffler un isolant en vrac (ouate de cellulose, laine de verre, laine de roche…) dans les combles.

L’isolation des combles habitables : par l’intérieur ou l’extérieur ?

Il existe plusieurs méthodes pour isoler les combles habitables :

  • Par l’extérieur, avec des panneaux isolants : ces panneaux, possédant parements et profils latéraux, sont installés sur la charpente et s’emboîtent les uns avec les autres
  • Par l’extérieur, avec des caissons chevronnés : composés d’isolant entouré de parements, ces caissons sont autoporteurs. Leur face interne devient le plafond des combles
  • Par l’extérieur, la méthode du « sarking » : on pose plusieurs couches sur les chevrons (voligeage, pare-vapeur, isolant, écran de sous toiture, contre-lattes et liteaux)

Ces méthodes d’isolation par l’extérieur (ITE) nécessitent de déposer la totalité de la toiture et nécessitent l’intervention d’un professionnel. Elles ont l’avantage de conserver la charpente apparente. Si on souhaite changer de toiture (partiellement ou en totalité) ou revoir son étanchéité, l’ITE est un bon moyen de coupler ces travaux avec l’installation de l’isolation.

  • Par l’intérieur, avec des panneaux ou des rouleaux : le matériau isolant est installé sous la toiture (une ou plusieurs couches selon la nature de l’isolant) puis recouvert par un pare-vapeur (si l’isolant n’est pas synthétique) et une finition (plaques de plâtre, liège…). Cette méthode diminue l’espace habitable dans les combles mais elle est facile à mettre en œuvre. Elle peut être réalisée par un bon bricoleur, s’il possède l’équipement nécessaire pour être préservé des irritations causées par certains matériaux comme les laines minérales.

Un coût qui varie selon la méthode et l’isolant choisi

Logiquement, une isolation par l’extérieur est plus onéreuse en rénovation, car elle requiert d’enlever l’intégralité de la toiture. Dans le cas de combles habitables, on doit penser aussi à l’éventuel coût induit suite au déménagement du mobilier pendant la durée des travaux.

Méthode Type de combles Prix moyen (€/m2) (main d’œuvre incluse)
ITE habitables 100 à 200 €
Par l’intérieur (pose d’isolant en panneaux ou rouleaux) perdus/habitables 20 à 60 €
Par l’intérieur (soufflage) perdus 15 à 40 €

 

 

Lorsqu’on opte pour une pose d’isolant par panneau ou rouleaux, le coût est principalement lié à la nature du matériau isolant choisi :

Nature de l’isolant Prix moyen (€/m2)
Laines minérales (verre, roche) 3 à 13 €
Vermiculite 10 à 15 €
Matériaux synthétiques (polyuréthane, polystyrène) 12 à 20 €
Isolants d’origine animale ou végétale (plumes de canard, liège, laine de coton, fibres de lin, chanvre…) 15 à 30 €

 

L’isolation des combles perdus ou habitables fait partie des travaux dits de rénovation énergétique. Sous réserve de respecter les critères d’éligibilité (relatifs au matériau utilisé, au professionnel réalisant la pose…), on peut recevoir diverses subventions gouvernementales : crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE), prime énergie, taux réduit de TVA

 

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’isolation de vos combles grâce à une Prime Energie.

Demandez votre prime Energie