Les Travaux

Que faut-il savoir à propos du sarking ?

Le sarking

Le toit est l’endroit de la maison responsable de la plus grande partie des déperditions thermiques, jusqu’à 30%. Il importe donc de procéder à une isolation de toiture. La méthode du sarking permet d’isoler par l’extérieur, sans rogner sur l’espace habitable des combles aménagés, ou bien permettant d’aménager des combles perdus. Calculeo vous expose les différents aspects de l’isolation de toiture par l’extérieur.

Le saviez-vous ?

Le sarking, à l’image des autres travaux d’isolation thermique, est éligible à la Prime Energie.

Demandez votre Prime

En quoi consiste l’isolation de toiture ?

Concrètement, le sarking consiste à poser des panneaux isolants en passant par l’extérieur de l’habitation. On procède pour ce faire à une extension de toiture, le toit étant rehaussé par rapport à son niveau initial. Ce genre d’ouvrage implique la dépose de la couverture de toit, offrant le choix entre la remettre en place ou procéder à un remplacement de couverture.

Quels sont les différents matériaux isolants pour le sarking ?

Il existe trois grandes familles d’isolants thermiques pour mettre en œuvre la méthode du sarking, à savoir les isolants naturels, minéraux et synthétiques :

  • Isolant naturel (végétal): fibres de bois, ouate de cellulose, chanvre, fibres de lin, laine de coton, fibres de coco…
  • Isolant minéral: laine minérale type laine roche ou laine de verre, perlite, vermiculite, verre cellulaire…
  • Isolant synthétique: mousse de polyuréthane (PUR), polystyrène expansé (PSE), polystyrène extrudé (XPS)…

Combien coûte le sarking et quels sont ses avantages ?

Le prix d’une isolation de toiture extérieure peut varier entre 100 et 300 euros au m². Un certain nombre de facteurs influent sur le coût d’une telle intervention, comme le prix des matériaux d’isolation, la surface de toiture à travailler, l’état initial du toit (plus ou moins endommagé), et bien sûr la main d’œuvre intervenant sur le chantier.

Il s’agit donc d’une méthode relativement onéreuse, qui toutefois n’est pas dépourvue d’atouts à faire valoir :

  • Le premier avantage à relever réside bien sûr dans la surface habitable laissée par cette méthode d’isolation de toiture.
  • Cela permet de conserver l’espace de vie au sein de combles aménagés. Et si vous possédez des combles perdus, le rehaussement du toit offre la possibilité de les aménager.
  • Le rendement énergétique du système de chauffage est amélioré. Moins solliciter chaudière et radiateurs permet de réduire le montant des factures énergétiques.

Grâce aux opportunités offertes par l’isolation par l’extérieur en termes d’efficacité énergétique, cette intervention est éligible à un certain nombre d’aides et de subventions qui permettent d’en atténuer le coût :

  • L’éco-prêt à taux zéro, ou éco-PTZ, qui consiste en un emprunt d’une valeur maximale de 30 000 euros remboursable en 15 ans, dont les intérêts sont totalement pris en charge par l’Etat.
  • La Prime énergie, financée par les Certificats d’Economies d’Energie sous la forme d’un chèque de banque délivré par les fournisseurs d’énergie « obligés » à l’égard de l’Etat.
  • La TVA réduite au taux de 5,5% s’appliquant sur la mise en place d’échafaudages, le remplacement des isolants, les travaux d’électricité, ou encore le remplacement de la couverture de toit (pose et dépose).
  • Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) au taux de 30%, pour des dépenses plafonnées entre 8 000 et 16 000 euros selon que le foyer soit composé d’une seule personne ou d’un couple. Une majoration de 400 euros supplémentaires s’applique dans le cas où le foyer compte également un membre à charge (enfant ou personne âgée de plus de 65 ans).

Quelles économies peut-on réaliser grâce au sarking ?

Selon l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), 30% des déperditions thermiques de la maison ont lieu au niveau du toit. En d’autres termes, le sarking permet d’éliminer ces déperditions de chaleur et de réduire d’autant la consommation énergétique, ceci en conservant un confort thermique équivalent. On peut donc espérer de 25 à 30% d’économies sur les factures d’énergie.

Mais le toit n’est pas le seul endroit de la maison posant problème en matière de déperdition thermique. On peut également citer les murs, qui selon l’ADEME sont à l’origine de 20 à 25% d’entre elles. Jusqu’à 15% d’entre elles peuvent être attribuées aux fenêtres, contre 7 à 10% en ce qui concerne les planchers bas. En d’autres termes, l’isolation thermique de l’habitation représente un enjeu majeur de performance énergétique.

Une maison correctement isolée assure un rendement optimal du système de chauffage, ainsi que des systèmes de production d’eau chaude sanitaire. En couplant ces installations à des dispositifs fonctionnant à l’énergie renouvelable, l’occupant est en mesure de réaliser des économies à long terme tout en réduisant considérablement l’impact environnemental de son logement.

Le saviez-vous ?

Vos travaux d’isolation thermique sont éligibles à la Prime Energie.

Demandez votre Prime