A bûches, à granulés, en fonte, à accumulation, etc. Tous les types de poêle à bois

Par L’équipe de rédaction

Le  poêle à bois est rapidement devenu l’un des moyens de chauffage préféré des français avec 7 millions de ménages équipés aujourd’hui. Alliant esthétisme et fonctionnalité, il chauffe de manière confortable et homogène tous les types d’habitation. Facile à poser, à utiliser et à entretenir, il permet de réduire significativement sa facture énergétique. En outre, il est éligible à plusieurs aides telles que le crédit d’impôt, les subventions de l’ANAH, et la prime énergie. La prime énergie est une aide facile à obtenir (très peu de critères) et disponible très rapidement (moins de 4 semaines).

Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

Principe et fonctionnement d’un poêle à bois

Le poêle à bois, comme son nom l’indique, émet de la chaleur grâce à la combustion du bois placé dans son foyer. Bien qu’on y brûle le plus souvent des bûchettes de tailles diverses, certains modèles acceptent le petit bois, les granulés, les pellets, les briquettes de lignite…

 

Fonctionnant de manière totalement autonome, sans raccordement au gaz ou à l’électricité, le poêle à bois peut être utilisé comme chauffage principal ou en chauffage d’appoint.

 

Constitué de trois éléments principaux : foyer, habillage et raccordement au conduit de fumée, le poêle à bois se veut facile à utiliser. Une fois le foyer chargé en bois, il suffit d’en refermer la façade et de régler les arrivées d’air. Le principe étant de faire un feu vif au moment de l’allumage et d’en maintenir la chaleur dégagée par une alimentation régulière en bois.

 

Certains modèles, dotés d’une technologie plus avancée, permettent d’intervenir moins souvent, de maintenir un feu continu ou de régler la température avec précision.

Installation et entretien d’un poêle à bois

Installation

Vous pouvez choisir d’installer votre poêle à bois vous-même ou faire intervenir un professionnel. Les règles de sécurité et normes à respecter restent les mêmes :

 

  • Installer le poêle le plus près possible du conduit de cheminée pour limiter au maximum la longueur des tuyaux de raccordement.
  • Raccorder le poêle à un conduit de fumée en excellent état, présentant une souche isolée et bénéficiant d’une isolation adaptée à la traversée des pièces non chauffées et du grenier.
  • Ne pas poser votre poêle à bois sur un sol ou un mur présentant des matériaux combustibles.
  • Installer votre poêle dans une pièce où l’air est régulièrement renouvelé pour éviter tout risque d’intoxication.

 

Selon le type de modèle et son degré de sophistication, d’autres normes de sécurité peuvent venir compléter cette liste.

 

PS : il est toujours recommandé de privilégier le recours à un professionnel RGE. En effet ce sera toujours un gage de sécurité, d’efficacité et surtout l’assurance de pouvoir obtenir la  Prime Énergie.

Entretien

Pour maintenir le rendement de votre poêle et la qualité de son chauffage au fil des mois et des années, il est primordial d’effectuer un entretien régulier :

 

  • Vider le cendrier et nettoyer la vitre : ce qui permet de maintenir la propreté du poêle et la qualité de combustion.
  • Nettoyer le corps de chauffe au moins deux fois par mois pour maintenir un rendement optimal.
  • Dépoussiérer l’espace de circulation d’air au moins une fois par an.
  • Réaliser une vérification complète de l’installation ainsi qu’un ramonage de son conduit de fumée par un professionnel une fois par an.

Comment choisir votre poêle à bois?

Choisir un modèle adapté à vos besoins :


Avant d’investir dans un poêle à bois, il est primordial que vous sachiez à combien de kW par année s’élèvent vos besoins en chauffage. Si vous ne disposez d’aucune référence antérieure (factures de gaz ou d’électricité), calculez vous-même vos besoins en prenant en compte la superficie que vous souhaitez chauffer, le niveau d’isolation de votre habitation ainsi que le climat de votre région.
Une fois la puissance du poêle déterminée, vous pourrez faire votre choix en fonction de vos goûts personnels et de votre budget.

 

Les différents modèles disponibles :

 

Il existe trois grandes familles de poêles à bois : les poêles en fonte, les poêles de masse et les poêles à inertie.

 

  • les poêles en fonte : les poêles en fonte sont les plus économiques avec des prix compris entre 500 € et 7000 € en fonction de leur niveau de puissance. Ils chauffent rapidement votre espace mais ils ne peuvent pas chauffer une grande superficie. Ils sont utilisables pour chauffer une toute petite pièce ou en chauffage d’appoint.
  • les poêles de masse (ou d’accumulation) : ce sont les plus esthétiques et leurs prix restent abordables puisqu’on trouve des modèles d’entrée de gamme à 2 500 €. Il faut compter environ 15 000 € pour un modèle de très grande qualité. Les matériaux (briques, pierres ou béton) qui composent les poêles de masse leur permettent de restituer la chaleur accumulée en une seule fois pendant 24h. Ils sont utilisables comme chauffage principal.
  • les poêles à inertie : sont les plus performants mais ceux sont eux qui coûtent le plus cher. Il faut compter environ 5 000 € pour les modèles les plus simples et 15 000 € pour les modèles les plus sophistiqués. leur habillage en fonte ou en acier leur permet de chauffer rapidement l’intégralité de l’espace et de restituer la chaleur pendant très longtemps. Ils peuvent aussi être utilisés comme chauffage principal.

 

Quel que soit le modèle que vous aurez choisi, s’il respecte une émission de CO2 inférieure à 0,3 %, qu’il fournit un rendement d’au moins 70% et que vous l’avez fait poser par un professionnel RGE, votre poêle à bois pourra vous fera bénéficier de la Prime Énergie pour les poêles à bois.

Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction

Plus d’articles sur ce thème