Un homme et une femme boivent un café en souriant assis par terre.

Prime énergie pour l’isolation des planchers bas

Des travaux d’isolation permettent de réaliser de belles économies sur les factures énergétiques. A titre d’exemple, l’isolation des planchers bas permet de réduire de 10% les déperditions thermiques. Cependant, même si cet investissement est rentabilisé assez rapidement, il représente tout de même un coût élevé, notamment si l’on prend en compte tous les travaux induits. Heureusement, le dispositif de la prime énergie fait baisser la note de manière significative.

Qu’est-ce que la prime énergie ?

La prime énergie, aussi appelée Prime  CEE ou prime Certificats d’Économie d’Énergie (CEE), a été mise en place pour encourager les particuliers à réaliser des travaux visant à améliorer la consommation  énergétique de leur logement (travaux d’économie d’énergie). Cette prime concerne de nombreux types de travaux : remplacement d’une chaudière, isolation des planchers bas, installation de fenêtres double-vitrage, etc.
La souscription à la prime énergie s’effectue avant de signer le devis des travaux, c’est l’une des conditions à son obtention. Une autre condition pour profiter de la prime énergie est de confier les travaux à des artisans titulaires de la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).
Le montant obtenu avec la prime énergie dépend de plusieurs facteurs, parmi lesquels les revenus du bénéficiaire, le type de travaux réalisés, la zone de l’habitation, le type d’énergie choisie (exemple : l’installation de radiateurs électriques donnera lieu à une prime moins élevée que pour un poêle à granulés) ou encore l’état du marché des certificats d’économies d’énergie.
Enfin, la Prime Énergie est versée à la fin des travaux.

Présentation rapide de l’isolation des planchers bas

Une bonne isolation des planchers bas permet de réaliser d’importantes économies d’énergie, puisque ceux-ci sont responsables de 7 à 10% des déperditions thermiques du logement. Les planchers bas sont placés sur un terre-plein, un vide sanitaire ou encore une cave non chauffée, et ils se distinguent par le fait que seule leur partie supérieure donne sur une pièce chauffée.
Il existe plusieurs méthodes pour isoler un plancher bas :

 

  • L’isolation par-dessus la dalle : cette technique est plutôt employée si aucun autre choix n’est possible ou que l’on envisage par exemple d’installer un plancher chauffant basse température. En effet, cette technique implique de détruire le revêtement et la chape au sol et elle rend les pièces inaccessibles le temps des travaux. On peut isoler en utilisant des panneaux rigides ou opter pour une isolation par projection de mousse polyuréthanne. Cette dernière méthode offre de meilleures performances, mais son coût est plus élevé.
  • L’isolation par-dessous la dalle : lorsque le « dessous » est accessible, on privilégie cette méthode beaucoup moins contraignante et également moins onéreuse. Cependant, elle occasionne une perte de hauteur sous les plafonds de la pièce non chauffée. Cette isolation s’effectue en projetant un isolant ou en fixant mécaniquement des panneaux isolants rigides.

 

Pour choisir la technique et l’isolant les mieux adaptés, plusieurs facteurs essentiels sont à considérer, c’est pourquoi il est conseillé de demander l’avis d’un professionnel.

Critères d’éligibilité à la prime énergie pour l’isolation des planchers bas

Plusieurs critères doivent être remplis pour bénéficier de la prime énergie sur des travaux concernant des planchers bas :

 

  • L’artisan engagé doit être titulaire d’une qualification portant la mention RGE. Celle-ci doit être en cours de validité au moment où le devis est signé.
  • L’isolant doit respecter une résistance thermique supérieure ou égale à 2,4 m²K/W sur/sous plancher.
  • L’isolation doit être effectuée dans des bâtiments résidentiels déjà existants et sur des planchers bas.
  • Les isolants utilisés doivent posséder des caractéristiques de performances validées (par exemple par une certification ACERMI ou un avis technique valide du CSTB).

Les autres aides disponibles

Certaines aides financières supplémentaires peuvent être cumulées avec la prime énergie afin de financer l’isolation des planchers bas :

 

  • Le crédit d’impôt Transition Énergétique (CITE) : ce dispositif permet de déduire du montant des impôts une partie (30%) des frais engagés pour les travaux d’isolation.
  • La TVA à taux réduit : ce dispositif permet de profiter d’une TVA à 5,50 %. Elle s’applique, sous certaines conditions, aux dépenses liées à la main d’œuvre et aux fournitures.
  • L’éco ptz (ou éco-prêt à taux zéro) : ce prêt à taux zéro est accordé sous certaines conditions et permet d’emprunter jusqu’à 30 000 €. Cette somme est remboursable sur une durée maximum de 15 ans.

 

D’autres aides non-cumulables avec la prime énergie existent pour financer l’isolation des planchers bas. C’est le cas de l’aide de l’agence nationale de l’habitat (ANAH) : cette aide s’adresse avant tout aux foyers modestes et couvre jusqu’à 50 % des travaux de rénovation thermique. Elle peut également, sous certaines conditions, donner droit à l’aide de solidarité écologique du programme Habiter Mieux.