Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

Poêle à plaquettes de bois – Fonctionnement, installation, économies d’énergie

Par L’équipe de rédaction

Se chauffer au bois est un moyen très efficace de faire des économies d’énergie. Aujourd’hui, de nouvelles générations de poêles à bois font leur grand retour dans les foyers français. Modernes et performants, ils fonctionnent grâce à des bûches, des granulés ou encore des plaquettes de bois. Le poêle à plaquettes est le plus économique.

Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

Fonctionnement du poêle à plaquettes

Le fonctionnement du poêle à plaquettes est très semblable au fonctionnement du poêle à granulés de bois. Les plaquettes sont constituées de copeaux de bois compressés tandis que les granulés sont formés de bois très condensé. À l’instar du poêle à granulés, on trouve des poêles à plaquettes automatisés, ce qui permet une bonne autonomie à l’appareil sans avoir besoin de le recharger en bois déchiqueté. Le poêle est donc équipé d’un réservoir prévu à cet effet.

 

Le cycle de chauffe d’un poêle à plaquettes se déroule en plusieurs étapes. Les plaquettes de bois sont d’abord acheminées dans le foyer du poêle, puis l’appareil chauffe et brûle progressivement le combustible pour dégager de la chaleur. Des cendres et de la fumée sont également produites sous l’effet de la combustion. Un conduit d’évacuation des fumées est donc à prévoir lors de l’installation du poêle. Une nouvelle plaquette est ensuite envoyée à la combustion pour obtenir une production de chaleur continue. La chaleur créée par l’appareil est diffusée dans le logement mais elle ne suffit pas à chauffer correctement l’habitation entière. Un poêle à bois est à considérer comme un complément de chauffage indépendant du circuit de chauffage central.

Installation du poêle à plaquettes de bois

Le poêle à plaquettes est un appareil de chauffage indépendant, cela signifie qu’il ne nécessite pas un raccordement au circuit de chauffage central de la maison. De fait, le poêle est d’autant plus simple et rapide à installer. Seule contrainte : l’installation du conduit d’évacuation des fumées. Si vous possédez une cheminée, un simple tubage suffit pour extraire les fumées produites par l’appareil. Sinon, il est aussi possible de procéder à une installation du poêle en ventouse, c’est-à-dire de faire passer le conduit d’extraction par un mur de l’habitation (très utile pour une installation en appartement).

 

Plus la surface de votre logement est importante, plus votre poêle devra être puissant. Pour cela, il suffit de choisir le poêle à plaquettes le plus adapté. Un poêle à bois classique à rayonnement ne diffusera pas aussi bien la chaleur qu’un poêle ventilé ou qu’un poêle à masse par exemple.

 

Au niveau de la pose d’équipement, il est important d’opter pour une installation effectuée par un professionnel. Qualifié et spécialisé dans son domaine, il sera en mesure de vous conseiller au mieux ainsi que de procéder à une installation sécurisée. Les entreprises les plus qualifiées possèdent les mentions RGE et Qualibois, gage de qualité et de respect de l’environnement. Il est déconseillé de vouloir se lancer soi-même dans la pose d’un poêle à bois, d’autant plus que cela annulerait vos droits aux aides à la rénovation énergétique.

Des économies d’énergie et des aides

Le retour du poêle à bois dans les foyers n’est pas seulement dû au cachet qu’il apporte, il représente également une source de chauffage très économique grâce à l’utilisation de l’énergie renouvelable qu’est le bois. Bien moins cher que l’électricité, le fioul ou le gaz, le bois est aussi écologique avec son bilan carbone neutre. De plus, les plaquettes de bois sont encore plus abordables que les granulés de bois et les bûches. Le poêle à plaquettes de bois utilise donc indéniablement le combustible le moins cher de tout le marché de l’énergie.

 

Même si son rendement est légèrement inférieur à celui d’un poêle à granulés, il permet néanmoins de chauffer une bonne partie du logement et de soulager les appareils raccordés au circuit de chauffage central. Ce sont donc beaucoup d’économies d’énergie à la clé.

 

Avant de profiter du design et du confort de chauffe que procure un poêle à plaquettes, il faut évidemment l’acheter. L’investissement peut paraître lourd – plusieurs milliers d’euros pour les plus performants – mais il est très rapidement rentabilisé. En effet, le gouvernement déploie depuis quelques années d’importantes subventions pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Les équipements biomasse en font partie et bénéficient donc d’aides à l’achat conséquentes. Un particulier peut par exemple bénéficier du CITE (crédit d’impôt) à 30 %, ainsi que de la Prime Energie et de l’éco-prêt à taux zéro pour l’achat d’un poêle à bois. Au final, l’appareil se rentabilise en seulement quelques années et permet des économies qui soulagent la facture de chauffage sur le long terme.

femme et enfant

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer l’achat de votre poêle à plaquettes par une Prime Energie.

femme et enfant
Je change mon chauffage

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction