Prime énergie pour la chaudière à plaquettes

Par L’équipe de rédaction

La chaudière à plaquette est triplement recommandée. En effet, elle est écologique, performante et économie. Ecologique grâce au bois qu’elle utilise comme combustible, performante parce qu’elle atteint des rendements de 80% et économie parce que les plaquettes de bois sont jusqu’à 2 fois moins chères que les sources d’énergie fossiles, et jusqu’à 3 fois moins chères que l’électricité.

 

L’un de ses rares inconvénients se trouve au niveau de son prix d’achat  (entre 8 000 et 12 000 euros) qui est relativement élevé. Cependant les différentes aides écologiques existantes permettent de le réduire significativement et notamment la prime énergie qui peut couvrir jusqu’à 70% de son coût d’achat.

Je demande ma prime

Simulation gratuite et immédiate

Qu’est-ce que la prime énergie ?

La prime énergie est une aide écologique à destination des particuliers souhaitant réaliser des travaux d’économie d’énergie. Ce dispositif peut vous permettre de diminuer significativement le coût de revient de vos travaux, entre 20 et 70% selon vos revenus. Bien que son fonctionnement soit relativement complexe, sa mise en œuvre pour un particulier est très facile. Il suffit de vous mettre en relation avec un opérateur agréé. En quelques étapes simples, vous connaîtrez le montant de la prime et pourrez monter votre dossier. Il est impératif de procéder à cette démarche très en amont de votre projet, dans tous les cas avant la signature d’un devis ou d’un bon de commande pour une prestation de services ou avant l’acte d’achat.
Ce dispositif s’appuie sur le système des certificats d’économie d’énergie (CEE). Le but est d’obliger les fournisseurs d’énergie ou de carburants à inciter leurs clients à réduire leur consommation énergétique par le biais de travaux de rénovation de l’habitat. 75 opérations sont éligibles à ce dispositif pour les particuliers. La particularité de la Prime Energie est que son montant n’est pas basé sur le prix des équipements ou des travaux. Son calcul s’effectue à partir d’une estimation de l’énergie qui sera économisée sur la durée de vie conventionnelle de l’équipement. Par exemple, pour une chaudière à plaquettes, la durée de vie de l’installation a été fixée à 15 ans, même s’il y a des chances que vous utilisiez cet équipement plus longtemps. Ce dispositif a vocation à réduire la précarité énergétique des ménages les plus modestes. Les personnes à faibles revenus peuvent ainsi voir la prime doublée, voire quadruplée selon leur situation grâce à un bonus.

La chaudière à plaquettes, un appareil performant et écologique

Les chaudières à plaquettes utilisent des plaquettes de copeaux de bois brut à leur sortie de scierie. Ce combustible est particulièrement écologique car il ne nécessite aucun traitement en vue de sa commercialisation. Il est également très économique avec un prix moyen de 0,037 € le kWh, soit 2 à 3 fois moins que les énergies fossiles. Les chaudières à plaquettes pour les habitations individuelles ont une puissance comprise entre 20 et 300 kW avec un rendement pouvant dépasser 90 %. Les modèles à régulation électronique permettent de réduire encore plus la consommation tout en assurant un niveau de confort homogène. Le prix moyen d’une installation est de 8000 € à 12000 € pose comprise, ce qui inclut le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.

Critères d’éligibilité de la chaudière à plaquettes à la prime énergie

Pour être éligible au dispositif de la prime énergie, l’installation de la chaudière à plaquettes doit être réalisée dans une maison construite depuis au moins deux ans. Les maisons neuves ne sont donc pas concernées. La chaudière à plaquettes doit présenter un certain niveau de performance. Pour une chaudière à chargement manuel, son rendement énergétique doit être supérieur ou égal à 80 %. Pour une chaudière à chargement automatique, ce critère passe à 85 %. Pour les chaudières avec une puissance inférieure à 50 kW, le calcul sera effectué conformément à la norme NF EN 12 809. Pour les autres chaudières jusqu’à une puissance de 500 kW, c’est la norme NF EN 303.5 qui s’applique. Dans tous les cas, l’installation doit être réalisée par un professionnel titulaire d’une mention RGE.


Le montant de la prime varie en fonction de la zone géographique d’implantation du logement. Dans le cadre de la nouvelle réglementation thermique RT 2012, la France métropolitaine a été découpée en 3 zones climatiques. La zone H1 correspond globalement aux régions Hauts-de-France, Ile-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche Comté-Auvergne et une partie de Rhône-Alpes et du Centre. La zone H3 ne concerne que les 7 départements du pourtour méditerranéen. Tous les autres départements sont en zone H2. Le niveau le plus bas de la prime a été fixé à 130 000 kWh cumac en zone H3, ce qui peut donner lieu à un versement d’environ 390 €. Le montant maximum sera atteint par un logement en zone H1 avec une prime précarité. Le montant de la prime bonifiée pourra alors atteindre 2760 €, ce qui est loin d’être négligeable.

Des aides cumulables

La Prime Energie est cumulable avec d’autres dispositifs tels que le Crédit d’impôt transition énergétique, la TVA réduite à 5,5 %, l’éco-prêt à taux zéro. Le cumul avec les aides de l’ANAH n’est pas systématique car certaines d’entre elles sont déjà financées par le biais des certificats d’énergie. Suivant le lieu où se situe l’habitation, vous pourrez également prétendre à des aides locales ou régionales.

Je demande ma prime

Simulation gratuite et immédiate

L’équipe de rédaction