Chaudière à granulés

La chaudière à granulés, pratique, performante et écologique

La chaudière à granulés fait partie (avec la chaudière à bûches et la chaudière à plaquettes) de la famille des chaudières à bois. Elle est prisée pour plusieurs raisons dont les plus importantes sont qu’elle est très pratique (comparée à une chaudière à  bûches), performante et écologique. Son inconvénient majeur se trouve au niveau de son prix qui est relativement élevé (jusqu’à 20 000€). Cependant les différentes aides écologiques auxquelles elle est éligible permettent de réduire significativement son coût d’achat. Parmi ces aides, l’une des plus intéressantes et des plus facile à obtenir est  la prime énergie.

Une chaudière à granulés, comment ça marche ?

Au début des années 80, alors que le prix des dérivés pétroliers atteignait des sommets par rapport aux années 70, plusieurs pays se sont tournés vers les ressources locales. C’est ainsi qu’a été inventé le chauffage à base de granulés : en Suède avec des systèmes de chauffage collectif, aux Etats-Unis avec des poêles, et enfin en Autriche, premier fabricant de chaudières à granulés individuelles. Aujourd’hui, ce mode de chauffage est en plein essor. Mais comment fonctionne une chaudière à granulés ? Il s’agit d’une chambre à combustion dans laquelle sont déversés à vitesse réglable des petits grains de bois, grâce à une vis sans fin. A l’autre bout de la vis, il y a un silo de stockage accolé à l’habitation, qui abrite la réserve de combustible. La combustion des granulés de bois chauffe de l’eau, qui peut être stockée dans un ballon ou bien, être directement envoyée dans les tuyauteries du chauffage central. La chaudière à granulés est également compatible avec un chauffage au sol, et peut éventuellement alimenter la douche.

Les granulés : un combustible écologique à bon rendement

De quoi sont composés les granulés ?

 

Essentiellement de sciure et de copeaux de bois, ainsi que d’autres déchets de l’industrie forestière. Cette matière première est d’abord séchée, puis compactée, et enfin séchée à nouveau. Au final, les granulés, appelés aussi « pellets », n’ont plus qu’environ 8 à 10% d’humidité. Ils ne doivent pas comporter de liants chimiques, de colles, ni d’additifs. Ils cumulent donc les avantages de provenir d’une matière noble, naturelle, renouvelable et de participer au recyclage des déchets industriels ! C’est sans doute ce qui explique leur développement : en France, la production de granulés est passée de 45 000 tonnes en 2004 à 1,4 million en 2015. Les granulés se présentent sous forme de petits cylindres d’un à deux centimètres de long et sont vendus en différents conditionnements : en sacs (environ 15kg), en big bags (une tonne) ou en vrac (livrés par camion souffleur). Supérieur à celui des bûches, le rendement des granulés est d’au moins 80%. Leur PCI (pouvoir calorifique intrinsèque) est de 4,9 kWh par kilo (à titre de comparaison, celui des bûches est de 3,5 kWh par kilo, celui du gaz propane de 2,8 kWh par kilo…)

Installation d’une chaudière à granulés

Si vous souhaitez installer une chaudière à pellets dans votre maison, il faudra prévoir un silo pour le stockage du combustible et pour son acheminement automatique vers l’appareil. Si les granulés sont apportés par une vis sans fin, le silo devra être accolé à la maison, tout près de l’emplacement de la chaudière. Une autre solution, un peu plus chère, consiste à les apporter par un système d’aspiration. Le silo peut alors être situé un peu plus loin. Ce local devra être parfaitement isolé de l’humidité. Sa taille ? Si vous voulez pouvoir être tranquille avec une seule livraison annuelle, le silo devrait pouvoir contenir environ 9 mètres cubes de granulés et pour cela, comptez entre 4 et 5 mètres carrés au sol.

Le coût d’une chaudière à granulés

Le coût de cet investissement est très variable en fonction de votre cas particulier. Pour avoir une idée, on peut dire que le prix moyen d’une chaudière à granulés se situe entre 2500 €, pour les modèles les plus basiques et les moins puissants, et 16 000€ pour les modèles les plus puissants et les plus sophistiqués. Il faut y ajouter environ 3 000€ de main d’œuvre pour l’installation, le raccordement au système de chauffage et la pose du silo. Tout cela représente un effort financier élevé, même s’il sera amorti en quelques années grâce à la baisse de votre facture de chauffage, et surtout à la multitude d’aides écologiques disponibles pour cet investissement. Parmi ces aides, on peut citer entre autres :

 

  • le Crédit d’impôt pour la Transition Energétique d’un montant de 30% du prix de la chaudière, il est à destination des propriétaires occupants réalisant des travaux dans leur résidence principale, la résidence devant exister depuis au moins deux ans.
  • Les subventions de L’ANAH (sous conditions de ressources).
  • La Prime énergie : une aide directement versée par LaPrimeEnergie.fr, 4 semaines après la réalisation de vos travaux.

Plus d’articles sur ce thème