règlage chaudière

La chaudière à condensation au fioul, plus performante et moins polluante

Grâce à sa technologie spécifique, la chaudière à condensation au fioul est la plus performante des chaudières au fioul. Cependant, le fioul demeure un combustible avec un impact écologique assez négatif. De plus, installer une telle chaudière implique de posséder une citerne pour le stockage du fioul. Le coût global correspond donc à celui de la chaudière et de la cuve. Donc ce coût peut facilement monter en flèche. Heureusement plusieurs dispositifs d’aides écologiques, telle la prime énergie sont disponibles pour l’achat d’une chaudière à condensation au fioul.

La chaudière à condensation au fioul : un appareil de chauffage économe en énergie

Comme les autres chaudières au fioul, le modèle à condensation fonctionne en chauffant l’eau du système de chauffage central grâce à la combustion de fioul (produit dérivé du pétrole). L’alimentation en fioul se fait à partir d’une cuve, installée à l’intérieur ou à l’extérieur de l’habitation. La singularité de la chaudière à condensation réside dans le fait qu’elle exploite l’énergie contenue dans les fumées qui se dégagent pendant le processus de combustion. Ces fumées, très chaudes, contiennent de la vapeur d’eau. À leur contact, l’eau revenant dans la chaudière (à partir des radiateurs ou du plancher chauffant du domicile) se réchauffe. De plus, la vapeur d’eau de ces fumées, une fois condensée, libère de la chaleur qui sert aussi à chauffer l’eau de retour. Ainsi, l’eau rentre dans la chambre de combustion avec une température beaucoup plus élevée qu’avec une chaudière normale. Il faudra donc beaucoup moins  (jusqu’à moins 20%) d’énergie pour la refaire monter à la température souhaitée. Les liquides obtenus lors de cette condensation de la vapeur d’eau, appelés condensats,  sont ensuite évacués via le circuit des eaux usées.

Un meilleur rendement et moins de pollution

Avec sa technologie de condensation, ce type de chaudière est la plus performante dans la famille des chaudières au fioul. En effet, avec un rendement pouvant facilement atteindre 110% elle fournit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Comme la température du fluide caloporteur est augmentée grâce à l’énergie récupérée dans les fumées issues de la combustion, il faut moins de combustible pour amener ce fluide à la température désirée. On réalise des économies de fioul variant entre 15 et 20% par rapport à une chaudière standard. Grâce ces économies de combustible, les émissions de gaz polluants (dioxyde de carbone, produits contenant de l’azote,…) diminuent de façon conséquente. Pour générer encore moins de composants toxiques, il est conseillé de choisir une chaudière à condensation équipée de brûleurs dits « à flamme bleue ». Dans ces brûleurs, le confinement de la flamme dans un cylindre avec des orifices amène une circulation des produits de la combustion. Ainsi, les gaz toxiques sont émis en moindre quantité tout comme la suie, source d’encrassement du foyer.

Un stockage encombrant et un combustible peu écologique

Utiliser le fioul comme combustible implique de devoir le stocker dans une citerne. Il faut donc trouver la place pour mettre cette cuve, soit dans le domicile, soit à l’extérieur, dans le jardin, enterrée ou non. Selon la qualité de la citerne, elle peut dégager des odeurs désagréables. Comme des particules s’accumulent au fond de la cuve, on ne peut pas la vider totalement sinon on risque d’envoyer dans la chaudière ces particules qui encrassent les brûleurs. Le fioul étant un dérivé du pétrole, son prix peut être sujet à d’importantes et imprévisibles variations. Il faut penser chaque année à réapprovisionner la cuve en trouvant le meilleur moment en termes de tarifs. Cela implique de comparer les offres des différents fournisseurs Écologiquement parlant, le fioul est une énergie très polluante. Sa combustion produit des liquides chargés d’acide qui sont envoyés dans le circuit des eaux usées. Enfin, les chaudières à condensation existent rarement en modèle mural et prennent donc une place importante au sol.

Un prix global dépendant de la chaudière et de la cuve

Le prix de la chaudière seule varie entre 1 000 et 7 000 euros. Il dépend principalement des performances de l’appareil et du fabricant. Il faut ajouter le coût de l’installation par une spécialiste ainsi que le coût de la cuve. Le prix d’une citerne de stockage apparente à double paroi d’une capacité de 1 000 litres varie entre 400 et 1 000 euros selon la matière (plastique ou métal) et la présence d’une paroi double ou simple. Pour une cuve enterrée, il faut compter entre 1 500 et 2 000 euros. Enfin, on recommande un entretien annuel de toute l’installation par un professionnel, ce qui revient entre 150 et 300 euros.

 

Comme on le voit, le prix de la chaudière à condensation peut rapidement devenir prohibitif. Mais il faut savoir que cet appareil est éligible à plusieurs aides écologiques. Parmi ces aides, on peut citer le prime énergie, le crédit d’impôt pour la transition énergétique, l’éco-prêt à taux zéro,  la TVA à taux réduit, les aides de l’Anah, etc.

Plus d’articles sur ce thème